Membre de l'Association des naturothérapeutes du Québec, de l'International Association of Yoga Therapists & de Yoga Alliance

© 2020 par Mélanie Roy. Tous droits réservés. 

 

  • Melanie Roy

Petite chronique – Règles abondantes & ablation de l'endomètre


Le diagnostic de ménorragie, un beau nom "cute" et scientifique qui réfère, ni plus ni moins, aux écoulements menstruels excessifs, est assez fréquent, autant chez les femmes en pré qu’en périménopause. Dans la plupart des cas, les règles très abondantes sont liées à une perturbation hormonale des ovaires et doivent être, d’abord et avant tout, traitées comme un problème endocrinien puisque le corps se retrouve avec trop d’oestrogènes et trop peu de progestérone, sur-stimulant ainsi l’endomètre.


Pour trop femmes, ce qui fut mon cas dès la mi trentaine, la ménorragie était bien plus qu’un problème de saignement excessif, c’était un cauchemar qui avait des impacts partout! Sur ma vie de couple, ma vie sociale et familiale, j’ai manqué des journées de travail et des présentations importantes. Mes activités quotidiennes, sans compter l’effet que cela avait sur mon humeur, étaient complètement perturbées! J’étais prête à faire n’importe quoi pour que ça change… C’est là que j’ai découvert le yoga thérapeutique hormonal qui m’a régulé, non seulement au niveau des saignements mais aussi, des SPM qui n’en finissaient plus de finir!


L’ajout de progestérone bio-identique (pareille pareille comme celle que nous produisons naturellement!) agit de la même façon que le yoga hormonal, en stabilisant l’endomètre et conséquemment, en diminuant le flux menstruel, tout en régulant aussi les fluctuations de l’humeur, l’irritabilité et l’impatience prémentruelles, tout comme le sommeil et le mieux-être général, ce que la prochaine option ne traitera pas.


Toutefois, pour certaines qui n’ont pas de fibromes ni autres contre-indications, l’ablation de l’endomètre deviendra LA solution et éliminera tous les symptômes liés aux menstruations très abondantes et les risques d’anémie qui y sont liés. L’intervention d’un jour est peu invasive. Même si la couche interne est enlevée, l’utérus et les ovaires sont intacts.


Elle diminuera, voire éliminera, les crampes douloureuses et lorsqu’il y aura menstruations, les saignements seront si peu importants que cela ne dérangera plus la vie. L’humeur et l’énergie pendant la période de menstruations s’améliorera de façon remarquable, mais pas durant le SPM.


AVIS IMPORTANT : Je ne suis pas médecin mais sexologue! Ce post ne peut donc pas remplacer un avis médical. Le traitement des saignements utérins anormaux doit être précédé d’une exploration exhaustive qui vise à écarter toute maladie organique. Même avant d'entamer le yoga hormonal si c'est votre option de choix! L’option privilégiée tiendra compte de l’atteinte de deux objectifs : éliminer les hémorragies utérines et améliorer la qualité de la vie. Dans la plupart des cas, les médecins et la littérature s’entendent pour privilégier un traitement par hormonothérapie (je préfère les bio-identiques) et conserveront les formes de traitements plus invasives, comme l’ablation de l’endomètre, étant réservées aux cas rebelles.


Quoi qu’il en soit, de l’ouverture et une bonne discussion avec son médecin s’imposent. Il existe des solutions. Et personne ne mérite de vivre ça!


Des commentaires ou une expérience vécue? J’aimerais te lire dans les commentaires.


#menopause #perimenopause #premenopause #equilibrehormonal #hormonebalance